Depuis la sensibilisation pour la protection des requins jusqu’à la navigation dans les grottes sous-marines et la création complète d’Aires marines protégées, ces héroïnes sous-marines ont fait de la préservation leur mission.

Dr Sylvia Earle

Connue sous le nom de « Her Deepness » (Sa Profondeur) par le New Yorker, cette océanographe emblématique n’a pas besoin d’être présentée. Le Dr Sylvia Earle est exploratrice en résidence au National Geographic depuis 1998 et elle a été la première femme scientifique en chef de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) des États-Unis. Consacrant sa vie à la sensibilisation pour l’océan, elle est l’auteur de plus de 150 publications, a créé des documentaires primés et a reçu plus de 100 prix et distinctions. La contribution la plus récente du Dr Earle a été le lancement de  Mission Blue, un programme visant à mettre en œuvre des Zones d’espoir, un réseau mondial d’aires marines protégées. Avec sa longue liste de contributions envers la préservation de nos océans, Sa profondeur est une véritable royauté sous-marine.

« Même si vous n’aurez jamais la chance de voir ou de toucher l’océan, il vous touche à chaque respiration, chaque goutte d’eau que vous buvez, chaque bouchée que vous consommez. Tout le monde, où que ce soit, est inextricablement lié et totalement dépendant de l’existence de la mer. » –  Sylvia A. Earle, « Le Monde est bleu : Comment notre destin et celui de l’océan ne font qu’un »

Rachel Carson

Née en 1907, Rachel Carson a été l’une des premières femmes scientifiques au monde et une pionnière de la préservation. Après que son deuxième livre : « The Sea Around Us » (La mer qui nous entoure), soit resté sur la liste des best-sellers du New York Times pendant 81 semaines, Carson décida de consacrer sa carrière à l’écriture et à la préservation. En 1962, avec la publication de « Silent Spring » (Ruisseau silencieux), Carson a abordé les dangers des pesticides chimiques et de l’agriculture. Le livre a créé une telle controverse que Carson a été invitée à témoigner devant un comité du Congrès sur le sujet. Grâce à son témoignage, le gouvernement a interdit l’utilisation du DDT, un insecticide nocif connu pour provoquer le cancer et menacer la faune et les oiseaux, notamment le pygargue à tête blanche.

« Les efforts de l’homme pour contrôler la nature par ses pouvoirs d’altération et de destruction se transformeraient inévitablement en une guerre contre lui-même, une guerre qu’il perdrait s’il n’acceptait pas la nature. » — Rachel Carson

 

Lesley Rochat

Lesley Rochat, cinéaste documentaire primée, apnéiste, photographe sous-marine, conservatrice et conférencière mondiale, porte de nombreux titres, mais celui qu’elle préfère est « Shark Warrior » (Guerrière des requins). En tant que fondatrice de AfriOceans Conservation Alliance, une organisation à but non lucratif axée sur la conservation des mers et des requins, elle a produit les documentaires primés « Sharks in Deep Trouble » (Les requins en grand danger), « Save Our Sharks » (Sauvez nos requins) et une campagne primée « Rethink the Shark » (Reconsidérez les requins). Pour diffuser davantage son message, Rochat a également fondé Shark Warrior Adventures, une initiative de tourisme responsable et d’autofinancement d’AfriOcéans. Mais qu’il s’agisse de protéger les requins ou de promouvoir un tourisme responsable, Rochat continue de développer d’autres moyens pour transmettre son message, comme une vraie « Guerrière des requins ».

« Je continuerai à affûter mes armes et à lutter pour protéger nos océans et nos requins, que ce soit par la photographie, l’écriture, la prise de parole publique, l’enseignement, le lobbying ou le partage de mes aventures océaniques. Il n’y a rien d’autre sur Terre que je ferais mieux que de mener cette bataille, et d’aider à développer l’armée nécessaire pour sauver notre magnifique Cœur Bleu, les Océans. » Lesley Rochat

lesley rochat photo by scott smith
Photo: Scott Smith
Photo: Casey Delange lesley rochat
Photo: Casey Delange

 

Eugenie Clark

Avec une carrière en biologie marine commencée juste après la Seconde Guerre mondiale, Eugenie Clark a fait partie de la génération qui a ouvert la voie aux futures biologistes marines. Parmi les nombreuses subventions de la National Geographic Society, ses émissions télévisées et la découverte de certaines espèces, Clark est surtout connue sous le nom de « Shark Lady » (La dame requin), en raison de sa passion pour la préservation des requins. Grâce à ses recherches, Clark a été la première personne à entraîner les requins à pousser des cibles spécifiques pour recevoir de la nourriture et a découvert que la sole de Moïse produisait un répulsif naturel pour les requins – une substance utilisée par les chercheurs encore aujourd’hui. Clark a dirigé plus de 200 expéditions de recherche sur le terrain et plongeait encore dans les années 90. Jusqu’à son décès en 2015, la Shark Lady n’a jamais cessé de s’efforcer de changer l’opinion du public sur les requins.

« Les gens viennent me voir et me disent : « Que dois-je faire si je vais dans l’eau et que je vois un requin ? » Tu n’as rien à faire. Les chances que ce requin attaque de quelque façon que ce soit sont très faibles. La mer doit être appréciée, ainsi que les animaux qui s’y trouvent. Quand vous voyez un requin sous l’eau, vous devriez dire : « Quelle chance de voir ce bel animal dans son environnement ! ». Eugenie Clark

Jillian Morris

En tant que fondatrice de Sharks4Kids, un programme qui éduque les jeunes sur l’importance de la préservation des requins, il était logique que Jillian Morris ait gagné le nom de « Shark Girl » (La fille requin). À la fois portée sur la science et les médias, Morris a ses documentaires et ses photos publiés sur tous les médias, du National Geographic jusqu’à The Discovery Channel. Bien que son travail soit bien connu dans les milieux de la plongée et de la préservation, son message est devenu mondial. Que ce soit comme co-chercheuse principale pour l’Expédition de recherches sur les requins-tigres dans les caraïbes néerlandaises, ou en publiant son premier livre pour enfants, « Norman the Nurse Shark » (Norman le requin nourrice), cette « Shark Girl » n’a pas peur de jouer avec les grands garçons.

« Nous créons constamment de nouveaux programmes et du matériel éducatif, élargissant ainsi notre portée afin de créer la prochaine génération de défenseurs des requins. Je souhaite aussi vraiment partager mon travail avec les filles et les femmes, en leur montrant que les sciences de la mer et la plongée avec les requins sont aussi faites pour elles. Il y a des conceptions erronées sur le fait que ces carrières conviennent mieux aux hommes – ce n’est pas vrai du tout. J’espère pouvoir inspirer et encourager les filles et les femmes à explorer le monde des requins. » Jillian Morris.

 

Danny Tayenaka jillian morris shark diver
Photo: Danny Tayenaka
jillian morris
Photo: Duncan Brake

Riley Hathaway

À seulement 12 ans, l’exposé scolaire de Riley Hathaway en sciences a obtenu bien plus qu’une bonne note. Portant principalement sur les tortues et le plastique, son père a été tellement impressionné par son travail que le cinéaste a décidé de transformer son entreprise en affaire familiale. C’est ainsi que Riley et son père, Steve, ont créé « Young Ocean Explorers », une série télévisée sur Riley et ses rencontres sous-marines. Ensemble, le duo père-fille a produit 20 épisodes à travers le monde et a parlé en public devant plus de 20 000 personnes lors de la conférence TEDx 2015/2016. Riley a également été la plus jeune récipiendaire du prix Leo Ducker, un honneur reconnaissant les néo-zélandais qui ont innové dans le domaine de la plongée et de l’environnement sous-marin.

« Éduquer et inspirer les enfants à manifester de la curiosité pour le monde sous-marin et à l’explorer donnent à la prochaine génération de dirigeants et de décideurs la passion dont ils ont besoin pour le protéger. » Riley Hathaway.

 

Cristina Zenato

Cristina Zenato  est une femme qui a cartographié tout le système de grottes lucayennes de l’île de Grand Bahama et connaît tous ses cours d’eau. Elle attribue sa passion pour la préservation à son lien avec la terre. En tant que spécialiste de la préservation des requins et première femme à relier une grotte d’eau douce à un trou bleu océanique, Zenato a été intronisée au Temple de la renommée des plongeuses, ainsi qu’au Explorers Club. Mais il ne s’agit pas seulement de requins et de grottes pour cette exploratrice. Afin de sensibiliser le public sur la pollution de la terre et de l’eau, Zenato a démontré l’écoulement des cours d’eau de la région qui relient la grotte terrestre au trou bleu. En raison de ses conclusions, on lui a demandé de travailler avec le Bahamas National Trust et le gouvernement local sur l’expansion du parc national de Lucayan, une Aire marine protégée à Grand Bahama.

« Les grottes des Bahamas sont un lien incroyable entre la surface et le sous-sol, mais aussi entre la terre et la mer. À l’intérieur de ces grottes, l’eau voyage vers l’océan et depuis l’océan. Elle transporte les nutriments et les minéraux nécessaires à l’environnement, mais aussi la pollution et les dégâts que nous créons en tant qu’humains. De nombreuses grottes trouvent leur chemin vers l’océan à travers les zones de mangroves, une composante vitale de l’écosystème des Bahamas, un terrain d’alevinage pour toutes les créatures, des vertébrés du type requins aux coraux et aux éponges. La pollution parcourt une longue distance à travers les systèmes de grottes. » – Cristina Zenato

cristina zenato cave diving

cristina zenato cave diving

 

Emily Callahan + Amber Jackson

À Blue Latitudes, deux femmes faisant équipe, Emily Callahan et Amber Jackson, travaillent avec des scientifiques, des gouvernements et des compagnies pétrolières pour transformer les plates-formes pétrolières offshore en récifs artificiels. Travaillant en collaboration avec l’organisation à but non lucratif du Dr Sylvia Earle, Mission Blue, elles sont devenues des porte-parole pour l’élimination justifiée des plates-formes pétrolières et pour l’éducation des communautés locales sur l’importance de conserver la vie qui prospère sous la surface. En plus d’être intronisés dans le Club des Explorateurs, leurs travaux peuvent se voir dans la série YouTube « ScienceSea TV » et fréquemment sur le blog « Ocean Views » du National Geographic.

« L’avenir de la préservation des océans ne repose plus sur « nous contre eux » – les scientifiques et les écologistes contre les compagnies pétrolières – nous devons travailler ensemble pour trouver les points positifs de nos océans et protéger les ressources dont nous dépendons et que nous aimons. » – Amber Jackson

« Le message général de Blue Latitudes est de creuser un peu plus profond ; le projet « Rigs-to-Reefs » de démanteler des plateformes pétrolières pour les transformer en récifs n’a rien à voir avec la Campagne pour sauver les baleines. Ce n’est pas aussi facile. Ce n’est pas aussi assimilable. Mais si vous creusez un peu plus profondément, il y a beaucoup de sciences et de voies intéressantes à suivre. » Emily Callahan

Emily Callahan and Amber Jackson
Photo: ©Scott Sporleder
Photo: C Delacy
Photo: Caine Delacy

 

Découvrez davantage de femmes inspirantes dans la plongée et regardez si vous connaissez ces 7 femmes plongeuses que tout le monde devrait connaître.

 

Share This