Lesley Rochat, PADI AmbassaDiver™, plus connue sous le nom de « Shark Warrior » (la guerrière des requins), occupe plusieurs fonctions dans sa volonté de sauver nos océans. Elle est écologiste marine et défenseuse des requins, fondatrice de l’organisation à but non lucratif « AfriOceans », photojournaliste écologique, photographe et vidéographe sous-marin, conférencière, activiste, PADI Divemaster, professeur de photographie et leader d’expéditions pour son entreprise, Shark Warrior Adventures. Lesley est aussi la talentueuse photographe de cette carte de certification PADI, édition limitée. Continuez cette lecture pour en apprendre davantage sur Lesley, la plongée la plus étonnante qui soit au monde et l’histoire de son incroyable cliché.

La plongée la plus passionnante au monde

Lorsque la température de l’eau chute au cap des Aiguilles, en Afrique du Sud, des millions de sardines frayent avant de migrer en masse vers le nord. Les bancs sont si vastes que des satellites peuvent les détecter depuis l’espace. David Doubilet, photographe pour le National Geographic, décrit le sardine run comme étant « la plongée la plus fascinante au monde. »

Des milliers d’oiseaux de mer et d’autres prédateurs s’invitent à ce banquet sous-marin. Sur son blog, Lesley écrit : « Le sardine run est considéré comme étant « le plus grand banc de poissons et le plus impressionnant spectacle sur Terre » ; il rivalise avec la migration des gnous. C’est le plus vaste rassemblement de prédateurs connu au monde. » En voici une estimation :

20 000 dauphins communs,
2 000 grands dauphins,
Des milliers de requins : requins cuivres, requins obscurs, requins bordés, requins tisserands, requins-taureaux, ainsi que des baleines à bosse, et des rorquals de Bryde, qui peut avaler 10 000 poissons en une seule bouchée.

L’histoire derrière la photo

Le sardine run a généralement lieu entre mai et juillet, mais il n’y a aucune garantie. Lorsque Lesley a pris ce magnifique cliché en 2010, c’était sa troisième tentative. Elle dit que lors de ses deux expéditions précédentes elle n’eut « vraiment rien à raconter en raison des dates choisies et des conditions. »

Il s’est avéré que la troisième occasion fut la bonne – indéniablement. Le sardine run de 2010 fut absolument sensationnel. La boule de sardines qui apparaît sur sa photographie a une taille d’approximativement 10 mètres de haut (33 pieds) sur 10 mètres de large (33 pieds). Elle a pu la photographier pendant environ quinze minutes avant de devoir revenir en surface. Dans ce qu’elle a publié sur son blog concernant son expérience, Lesley raconte qu’elle était entourée d’oiseaux plongeant dans la mer, ainsi que de nombreux dauphins et même avoir observé de près un rorqual de Bryde.

Elle nous explique : « Je n’avais aucune idée de l’impact que cette image aurait. En fait, après la plongée, j’étais davantage fâchée qu’autre chose, car le skipper nous a demandé de sortir de l’eau et d’abandonner la boule de sardines. Je pensais qu’il nous emmenait vers une boule encore plus grosse, sans réaliser que celle sur laquelle nous venions de plonger allait entrer dans l’histoire du sardine run comme étant la boule la plus grosse et la plus médiatisée depuis de nombreuses années.

Lorsque le skipper nous a ramené au rivage, j’étais furieuse ! Ainsi, bien que je sois satisfaite que cette image ait pu capturer la magnitude et l’essence de cette boule particulière, je rêve encore de ce que je n’ai pas pu obtenir. Mais cela fait partie de la vie d’un photographe. »

Underwater photography with the shark warrior!
Photo: Scott Smith

Et ensuite ?

Après avoir capturé une magnifique image d’un évènement légendaire, que peut faire Lesley ? Un autre sardine run, évidemment ! Lisez le rapport 2017 de Lesley et visionnez la vidéo qu’elle a produite. Elle est également en train d’organiser une future exploration d’une île secrète privée aux Seychelles dans le cadre de Shark Warrior Adventures (l’initiative de tourisme responsable de Lesley).

Lesley envisage aussi d’ajouter des ateliers de photographie sous-marine à ses expéditions de plongée Shark Warrior Adventure et de développer son armée de Shark Warriors via ses stages de photojournalisme en préservation de la vie sauvage. Les stages donnent des connaissances pratiques sur la photographie de la préservation de la vie sauvage et une expérience sur le journalisme écologique, à la fois en dessous et au-dessus des vagues. Les participants apprennent à capturer des images qui donneront une voix à ceux qui ne peuvent pas parler.

Lesley Rochat, the shark warrior photographing a whale shark
Photo: Rodrigo Friscione

Le conseil de Lesley aux aspirants photographes sous-marins

Lesley nous explique : « Devenez bon plongeur avant de commencer la photographie sous-marine, et apprenez à prendre des photos à terre avant de vous décider à le faire sous l’eau. Après avoir enregistré suffisamment de plongées pour être compétente, j’ai décidé que j’avais besoin d’investir dans un caisson étanche afin de pouvoir capturer la beauté dont je témoignais et la ramener en surface pour la partager avec les autres.

« Le seul moyen de capturer une image vraiment puissante, c’est d’y être, appareil en main, et de ne pas arrêter d’appuyer sur l’obturateur. Depuis le jour où j’ai commencé la photographie sous-marine, il y a de nombreuses années de cela, je n’ai plus JAMAIS plongé sans avoir mon appareil en main. Je me sentirai vraiment bizarre sans lui. Laissez les connaissances, les techniques pratiques ainsi que votre équipement être votre force, et la patience votre vertu. Ensuite, vous serez récompensé. »

Commencez à apprendre la photographie et la vidéographie sous-marine avec le cours de photographie numérique sous-marine PADI en ligne. Contactez un PADI Dive Center ou Resort pour organiser la formation dans l’eau.

 

Vous êtes prêt à vous immerger ?


Si vous souhaitez en savoir davantage sur le plus grand banc de poissons au monde, visitez le blog de Lesley. Vous pouvez aussi la rejoindre lors d’une prochaine expédition Shark Warriors, combinée à des ateliers en photographie sous-marine, ou son prochain stage de photojournalisme sur la préservation de la vie sauvage, ou encore, contactez votre PADI Dive Center local pour connaître les séjours qu’ils proposent. Soyez avisé que le sardine run est uniquement destiné aux plongeurs expérimentés. Les opérateurs requièrent souvent de fournir, au minimum, la preuve de 50 plongées enregistrées et une certification Advanced Open Water Diver.

Suivez les aventures de Lesley sur Facebook, Instagram @thesharkwarrior et sur twitter @SharkWarrior. Ayez sur vous sa fantastique image lors de chaque plongée en commandant une carte de remplacement PADI, édition limitée en ligne, ou via votre PADI Dive Center ou Resort local.

Share This