Histoire My PADI : Olga Beltsova

Publié par

Olga Beltsova underwater selfie

Nous nous sommes entretenus avec Olga Beltsova, qui a commencé la plongée à l’âge de douze ans, pour savoir comment ce sport l’a aidée à avoir confiance en elle dans et hors de l’eau.

Dans quelles circonstances as-tu commencé la plongée ?

Tout a commencé en 2013, j’avais 12 ans, mon père et moi-même avions organisé un séjour en Égypte pendant les vacances d’été. Nous n’avions aucune envie de nous allonger sur une plage et de bronzer tout le temps, alors mon père a proposé d’aller dans un centre de plongée pour apprendre à plonger. Vous savez, parfois les choses arrivent comme ça ; vous ne voulez absolument pas faire quelque chose ou aller quelque part, et plus tard vous réalisez que ce quelque chose est devenu une partie de votre cœur, de votre esprit, de votre vie. C’était la dernière semaine avant le voyage. Malgré mes larmes provoquées par mon aversion pour la piscine et après les explications de mon père : « Si tu ne veux pas, n’y allons pas, je voulais juste t’apporter de l’appétit pour la vie », nous nous sommes rendus dans l’un des clubs de plongée de Moscou appelé « Nautilus ». Je ne savais pas encore combien j’allais adorer cet endroit pendant les années à venir. Nous avons effectué la partie en piscine de notre cours PADI Open Water Diver pendant une semaine, puis nous avons terminé la formation dans le centre de plongée égyptien « PDL Divers Makadi ». Notre cours terminé, nous avions franchi le premier pas dans notre future vie de plongeurs.

Olga Beltsova and Dad

De quelle manière la plongée sous-marine a-t-elle influencé ta vie en dehors de l’eau ?

Quand je plonge, j’ai un but. Par exemple, vouloir contempler un beau récif corallien ou observer des requins ; explorer une épave ou les parois d’une grotte. D’une façon ou d’une autre, quand on plonge, on comprend ce que l’on aime le plus. Quand j’ai compris quelles étaient mes préférences, c’est-à-dire les épaves et les requins, ma passion pour la plongée s’est intensifiée. À ce moment là, j’ai compris que c’est ce qui m’apporte un vrai plaisir et me rend plus heureuse.

Pour moi, plonger ne signifie pas simplement aller sous l’eau. La plongée est un mélange d’émotions, de personnes et de plongées. Il n’y a rien de plus merveilleux que d’avoir l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes et de partager nos rêves avec eux, parce que nous serons toujours unis par la même passion et le même passe-temps. Avant de commencer à plonger, j’étais plutôt timide ; j’avais peur de parler à de nouvelles personnes ou de me faire des amis. J’ai cessé d’être timide et j’ai élargi mon cercle de connaissances. J’ai alors réalisé que j’aime communiquer avec de nouveaux amis. Maintenant, j’ai une formidable activité et, pour moi, les week-ends de plongée sont les meilleurs.

Quel est ton meilleur souvenir de plongée ?

J’ai plongé en combinaison humide pendant 2-3 ans jusqu’à ce que mon père et moi-même décidions de commencer à utiliser une combinaison étanche. Je me rappelle très bien de ma première plongée en combinaison étanche ; c’était assez étrange et froid, mais j’en ai gardé un bon souvenir. Je pense que c’est ce jour là qu’a débutée ma récente grande passion pour les plongées en eaux froides. Le souvenir de cette première journée et ma nouvelle vie de plongeuse m’a prouvé que tout est possible – même avoir une bonne stabilité dans une combinaison étanche ou plonger dans une eau à 2 °C (ce que je n’avais jamais imaginé faire un jour !).

Olga Beltsova

En tant que jeune plongeuse, penses-tu continuer ?

Quand j’ai commencé à plonger, je pensais que 100 plongées était un immense accomplissement difficile à atteindre, avec de nombreuses expériences et histoires à raconter. Maintenant, je sais que ce n’est pas vrai. Si j’ai de nombreuses histoires à raconter ? Oui. Ai-je vécu de grandes expériences ? Oui, bien sûr. Est-ce un immense accomplissement ? Je ne pense pas. Ce n’est qu’une petite partie de ce qui m’attend, car je n’ai que 16 ans, et le nombre de plongées n’est plus une fin en soi, car nous plongeons pour le plaisir et non pour les chiffres. À un moment donné, j’étais même contrariée par la pensée que je n’avais pas beaucoup d’expérience, mais je me suis rappelée que je n’avais que 16 ans, pas des dizaines d’années d’expérience, et que le principal est de vouloir continuer.

Après avoir observé des plongeurs techniques et discuté avec eux, j’ai réalisé que la plongée ne s’arrêtait pas à 40 mètres, la zone limite de la plongée loisir. Malheureusement, beaucoup de cours de plongée technique, ainsi que la plongée en grotte et sous glace sont seulement autorisés aux plus de 18 ans. Tout ce que je peux faire pour le moment, c’est acquérir de l’expérience et rencontrer de nouvelles personnes, ce qui va certainement avoir une influence sur mon avenir. Il y a quelques années, je projetais d’obtenir mon niveau de Divemaster, mais à présent je m’intéresse davantage à la plongée technique, car ce domaine me semble vraiment intéressant. De plus, je vais bientôt essayer la photographie sous-marine.

Olga Beltsova Wreck Diving

Que signifie « My PADI » pour toi ?

Selon moi, c’est une formidable opportunité pour ceux qui souhaitent partager leurs histoires de plongées et de s’exprimer librement. J’adore la plongée à un tel point que je souhaite raconter aux gens mon histoire de plongeuse depuis le début, quand j’avais douze ans. Si je suis tombée amoureuse de cette activité, ça peut arriver à tout le monde ! Je crois que vous pouvez devenir plus heureux grâce à cette activité, car elle donne le goût de vivre, comme cela s’est produit pour moi.