Directives pour les photographes sous-marins: n’abîmez rien

Publié par

Par Adam Hanlon, Wetpixel Editor

FOR WETPIXEL ARTICLE USE ONLY

Photo: WETPIXEL

Très peu de photographes sous-marins blessent ou endommagent délibérément le milieu marin et les créatures qui y vivent. Cependant, chaque fois que nous nous aventurons sous l’eau, notre simple présence a un effet. Les créatures sous-marines de toutes tailles doivent conserver leur énergie et l’utiliser aussi efficacement que possible. Le fait de simplement empêcher un animal de se mettre à l’abri dans le récif, de le déranger lorsqu’il s’enterre dans le sable ou d’interrompre son comportement d’alimentation normal a un impact.

Pour éviter d’infliger tout dégât involontaire au monde sous-marin, les photographes doivent non seulement développer des techniques de plongée supérieures, mais également avoir les capacités pour rechercher, observer et comprendre le comportement de la vie marine. Cela a l’avantage de pouvoir anticiper avec précision le comportement d’un sujet particulier, ce qui permet au photographe d’être au bon endroit, au bon moment.

FOR WETPIXEL ARTICLE USE ONLY

Photo: WETPIXEL

En revenant rapidement sur les techniques de plongée, si le photographe ne peut pas capturer l’image sans nuire à l’environnement, il ne doit pas prendre la photo. Aucune image ne vaut vraiment la peine d’endommager les récifs fragiles ou les écosystèmes précaires.

Notre travail en tant photographes sous-marins est d’utiliser nos compétences photographiques pour enregistrer et interpréter ce que nous voyons sous l’eau. Certes, nous devrions utiliser nos compétences artistiques pour créer des images magnifiques ou stupéfiantes du monde sous-marin, mais capturer des images qui ne représentent pas ce qui se produit naturellement est fondamentalement malhonnête, et donc contraire à l’éthique.

Les photographes qui persistent dans des pratiques douteuses justifient souvent leurs actions en les comparant avec ce que font les autres (photographes, cinéastes, pêcheurs, etc.). Ils diront que leurs actions sont “moins” néfastes que celles des autres. Fondamentalement, cette façon de penser est néfaste et nous devons être jugés pour nos propres actions; les justifier en soulignant que d’autres font “pire” n’est pas acceptable.

De même, dans certaines régions, les guides de plongée sont parfois encouragés par certaines personnes à agir dune manière qui va au-delà d’indiquer simplement les potentiels sujets photographiques à leurs clients. Si cela devait se produire, il est important de leur faire savoir que vous ne trouvez pas ce comportement acceptable. Sous l’eau, vous pouvez communiquer votre mécontentement en agitant simplement la tête ou en faisant un signal manuel signifiant “Arrête”, suivi, lorsque vous serez retourné en surface, d’une explication polie de la façon dont vous souhaitez interagir avec l’environnement.

FOR WETPIXEL ARTICLE USE ONLY

Photo: WETPIXEL

Ne touchez pas

Il est bon de savoir que la majorité des photographes sous-marins considère le harcèlement des créatures comme inacceptable. Déplacer ou repositionner physiquement des animaux afin d’obtenir une meilleure image, leur apprendre à faire des choses qui ne font pas partie de leur comportement naturel et changer l’environnement marin pour créer une image plus plaisante ne sont pas seulement éthiquement négatifs, mais aussi fondamentalement malhonnêtes. Dénaturer une image et les circonstances de sa capture est moralement contestable; les photographes qui manipulent des sujets l’admettent rarement.

En tant qu’exemples, les pieuvres s’aventurent rarement dans la colonne d’eau, préférant rester à proximité du récif. Aux rares occasions où elles le font, elles nagent activement; donc si une image de pieuvre présente des tentacules déployées, il est fort probable que l’animal a été capturé, puis relâché pour obtenir ce cliché. De plus, les pieuvres ne montent pas naturellement sur les tortues. Les crabes boxeurs vivent et se cachent dans les crevasses du récif, par conséquent, une image de l’un d’eux en pleine eau signifie probablement qu’il a été capturé et déplacé.

FOR WETPIXEL ARTICLE USE ONLY

Photo: WETPIXEL

Le contact selon les termes de l’animal

Il y a certains moments magiques pendant lesquels les animaux choisissent d’interagir avec les humains. Chacun d’eux est un événement fantastique qui change une vie. Pouvoir l’immortaliser avec un appareil de prise de vue est un véritable privilège.

Par exemple, sur le littoral nord-est du RU, les phoques gris (Halichoerus grypus) recherchent activement le contact avec les plongeurs et semblent l’apprécier autant que nous. Des images prises dans cette zone montrent des animaux sauvages interagir physiquement avec des plongeurs.

Dans ces circonstances, l’animal doit rechercher le contact et/ou avoir le choix d’interagir ou non. Un photographe qui rejoint un groupe de dauphins s’ébattant dans l’océan, ne fait rien de néfaste, mais si les animaux s’écartent de lui ou semblent dérangés par sa présence, le photographe ne doit pas les pourchasser.

FOR WETPIXEL ARTICLE USE ONLY

Photo: WETPIXEL

Choisissez votre manière de surfer

Dans nos vies connectées à Internet et orientées sur les réseaux sociaux, il est facile de voir un nombre important d’images sous-marines incroyables. Lorsque nous surfons, il y a une règle simple: “Si une attitude semble incroyable, c’est probablement quelle l’est!”

Cependant, l’océan, en lui-même, est un endroit incroyable, et parfois des choses uniques et inattendues s’y produisent. Parfois, un photographe peut avoir la chance de saisir un tel moment. Si nous trouvons des images montrant des comportements qui, selon nous, peuvent être discutables, nous devrions être prêts à nous interroger sur la façon dont elles ont été prises et à s’informer sur l’explication du photographe. Parallèlement à cela, c’est l’occasion de faire des recherches et d’en découvrir davantage sur les étonnants habitants du monde sous-marin.

La photographie sous-marine nous permet de montrer les choses étonnantes que nous voyons sous l’eau à ceux qui ne plongent pas. C’est à nous de veiller à ce que les images que nous partageons ont été prises de manière honnête et respectueuse de l’environnement. De même, si nous voyons des images qui, à notre avis, ont probablement été capturées d’une manière éventuellement préjudiciable, nous devrions pouvoir le déterminer et, si tel est le cas, faire savoir que cette façon d’agir est inacceptable.

Vous êtes un photographe sous-marin débutant? Alors lisez bien ces conseils avant de démarrer en photographie sous-marine.