L’histoire derrière la photo

Publié par

Par Jennifer Small, invitée sur le blog

Luke Inman, photographe/vidéaste sous-marin et PADI Course Director, nous explique sa passion pour la plongée et la mer de Cortés, ainsi que sa relation avec le lion de mer qui a inspiré la nouvelle carte de remplacement PADI, édition limitée.

 

 

Parmi tous les endroits où vous avez voyagé et plongé, quel est celui que vous préférez?

Los Islotes in La Paz, Mexico shot by Luke Inman

Photo: Luke Inman

À proximité de La Paz, au Mexique, dans la mer de Cortés, Los Islotes est un nirvana pour rencontrer des animaux sauvages. La presse présente régulièrement Los Islotes comme l’un des dix plus beaux sites de plongée au monde. En ce qui me concerne, et selon mon expérience (j’ai eu la chance de pouvoir plonger dans le monde entier), Los Islotes est mon site de plongée préféré. La plupart des gens s’attendent à ce que je mentionne une épave profonde, un site de plongée abondant de créatures pélagiques ou un cénote mystique, comme étant mon site de plongée préféré, mais non – une plongée à faible profondeur avec un lion de mer en liberté à Los Islotes sera toujours mon choix favori.

De quelle manière la mer de Cortés et Los Islotes ont-ils conquis votre coeur? Comment cet endroit est-il si différent des autres?

Sea Lions in Los Islotes in La Paz, Mexico shot by Luke Inman

Photo: Luke Inman

Très peu d’endroits aussi proches d’une ville peuvent offrir aux humains de véritables interactions avec les animaux sauvages.

Ma première visite à Los Islotes a été une leçon d’humilité. J’ai été comme illuminé par les lions de mer. Se retrouver au milieu d’une colonie de lions de mer peut se décrire comme étant une surcharge sensorielle et sonore. La cacophonie des appels des oiseaux marins et le mouvement de l’océan est accompagnée par les aboiements, les hurlements et les gémissements des lions de mer. Ces animaux vivent en colonie et sont dociles avec les visiteurs de leur territoire. Dans ce brouhaha de sons, le message pénètre clairement dans votre esprit: « Cet endroit est magique. »

La magie provient des lions de mer qui vous enchantent et vous ensorcellent. Pas avec des illusions ou des tours de magie, il n’y a ni incantations, ni de vaudou, juste de la finesse et du charme – un charme joueur qui séduit et enchante chaque visiteur.

Comment décririez-vous les lions de mer de Los Islotes?

Sea Lions in Los Islotes in La Paz, Mexico shot by Luke Inman

Photo: Luke Inman

Los Islotes accueille plus de visiteurs que presque toutes les autres îles de la mer de Cortés. Il semble que les lions de mer se soient habitués à la présence des humains et au trafic maritime intense, avec peu d’effets négatifs. Ils ont tous toujours eu un comportement paisible – même les grands adultes à l’aspect menaçant. Ces animaux m’ont permis certaines des plus formidables interactions que j’ai pu vivre.

Quel est votre aspect préféré de la plongée avec les lions de mer?

Sea Lions in Los Islotes in La Paz, Mexico shot by Luke Inman

Photo: Luke Inman

Les lions de mer m’ont enseigné la véritable sérénité et la félicité relatives aux interactions avec les animaux sauvages. Ils peuvent vous donner le sourire aux lèvres en vous rappelant les joies de l’enfance et de l’innocence, les jours heureux où l’on n’avait aucune responsabilité. Les lions de mer sont ma méditation. Leur rendre visite et me mêler à eux est devenu un élément clé de ma routine, une thérapie naturelle dans laquelle je puise mon énergie.

Racontez-nous votre expérience lorsque vous avez photographié le lion de mer présenté sur la carte de certification PADI, édition limitée.

Luke Inman PADI Replacement Card

L’une de mes expériences les plus mémorables a été avec un jeune veau à Los Islotes, une femelle marquée d’une bague portant ironiquement le numéro « 42 » (qui, selon l’oeuvre: « Le Guide du voyageur galactique », est la « Réponse à la grande question sur la vie, l’univers et le reste »). Elle semblait apparaître chaque fois que je plongeais sur Los Islotes et m’a appris beaucoup sur les rapports avec les lions de mer. Elle était patiente, paisible et surtout, affectueuse. Il y a là matière à débat quant à savoir si elle détenait ou non la réponse à « la vie, l’univers et tout le reste », mais je suis certain que Prefect & Dent auraient été d’accord avec moi.

Nos rencontres commençaient toujours par « 42 » qui me heurtait en douceur – peut-être que m’embusquer est une meilleure description. Cette action était exécutée avec une fluidité digne d’un plongeur militaire bien entraîné. Comme toutes les bonnes attaques surprises, immanquablement, j’étais totalement pris de court. Mais chaque fois, sans exception, elle terminait en appuyant sa tête contre la mienne afin que je puisse sentir ses moustaches caresser mon front.

Puis, elle avait l’habitude de commencer à me mordiller la main. Ce pincement taquin était sa manière à elle de faire la transition après le jeu. Elle s’assurait que ma main était placée soit autour de son corps, soit derrière ses oreilles. Son objectif était que je lui gratte les oreilles; lorsque je m’arrêtais, elle bougeait sa tête pour qu’elle se retrouve sous ma main, me faisant penser davantage aux signes d’affection des chiens et des chiots. Parfois, je devais ranger mon appareil pour pouvoir uniquement me concentrer sur l’amour et l’affection qu’elle me réclamait avec une telle insistance.

Plusieurs années après cette expérience, »42″ cessa d’apparaître lors de mes plongées. J’en ai conclu qu’elle était devenue trop âgée ou mature pour continuer à jouer avec l’intrus aux bulles bruyantes que j’étais. J’avais tort. J’ai retrouvé « 42 » – deux ou trois ans plus tard – une grosse femelle m’a fêté sous l’eau comme si j’étais son vieil ami retrouvé.

Je n’ai jamais assisté à une telle exubérance. Je n’arrivais pas à croire que cette femelle était le veau qui, autrefois, appréciait si joyeusement ma compagnie. Elle semblait très bien se rappeler de la technique de l’embuscade d’antan, tout comme son insistance à se faire gratter les oreilles et le ventre. Une fois de plus, j’ai terminé par ranger mon appareil photographique pour répondre à la demande de ma vieille amie retrouvée, la caresser et jouer avec elle. Elle portait des cicatrices provenant d’une bague d’identification, mais celle d’antan était tombée depuis longtemps. J’ai demandé à l’un des chercheurs habitués à la colonie s’il était possible que « 42 » se souvienne de moi. Il m’a regardé d’un air sceptique et m’a répondu: « Il n’y a pas de raison pour que ce ne soit pas le cas, mais en science, nous ne nous penchons pas sur de tels aspects ».

Avez-vous des conseils à donner pour capturer en photographie et en vidéographie la personnalité et l’esprit des creatures?

Sea Lions in Los Islotes in La Paz, Mexico shot by Luke Inman

Photo: Luke Inman

Participez à un atelier photo avec moi – ou inscrivez-vous aux Spécialités PADI Digital Underwater Photographer ou Underwater Videographer près de chez vous.

Quelles règles les plus importantes en photographie suivez-vous?

#1: Ne pas endommager l’environnement!

#2. Capturer le moment.

#3. Raconter une histoire.

#4. Se soucier de l’art, pas de l’équipement.

Avec vos travaux, qu’espérez-vous inspirer chez le public?

J’espère pouvoir inspirer les gens à respecter la planète et à la préserver.

La carte de remplacement PADI, Lion de mer de Los Islotes, édition limitée, représentant la magnifique photographie de Luke Inman, est disponible dès maintenant pendant une courte période. Rendez-vous dans votre PADI Dive Center ou Resort, ou encore sur PADI.com, pour être l’un des premiers à posséder cette nouvelle carte.

Pour consulter d’autres travaux de Luke Inman, allez sur lukeinman.com