Entretien « My PADI » : Juan Gonzales

Publié par

Ancien Sergent des Marines de l’armée américaine (United States Marine Corps – USMC), Juan Gonzales a pris sa retraite après 12 ans de service et trois affectations dans les zones d’intervention sensibles de l’armée américaine: deux en Irak et une en Afghanistan. Diagnostiqué souffrant de stress post-traumatique en 2004, il reste néanmoins dans l’armée jusqu’en 2012, date de sa dernière affectation en Irak. Il rentre ensuite chez lui et se confronte à des défis encore plus difficiles: rétablir les liens avec sa famille et apprendre à vivre en tant que civil avec son stress post-traumatique. Par chance, il trouve une assistance pour lui-même et sa famille grâce au Projet W.A.V.E.S. (Wounded American Veterans Experience SCUBA), une petite organisation à but non lucratif située en Californie du sud, qui fournit aux vétérans américains qui souffrent de blessures infligées pendant leur service, la possibilité d’expérimenter les effets guérisseurs de la plongée. Juan partage son histoire avec nous.

Racontez-nous votre histoire

J’ai grandi à Woodland, en Californie et, à présent, j’y réside à nouveau avec mes enfants âgés de 16 ans, 10 ans et 5 ans. En 2014, mis à la retraite pour raisons médicales; j’ai quitté mon poste de Sergent des USMC, où j’avais servi pendant 12 ans d’abord comme artilleur, et, plus tard, comme mécanicien d’équipement lourd et soudeur.

Juan_Gonzales_military

Dites-nous ce qu’est le stress post-traumatique, et la manière dont cet état vous a affecté.

Tout a commencé par des attaques d’angoisse. Ensuite, j’ai commencé à ressentir d’autres symptômes comme la terreur, des sueurs nocturnes, des insomnies. Lorsque, en 2004, on m’a diagnostiqué, la maladie était mal connue – tout comme son traitement La priorité était de me remettre sur pieds pour que je fasse mon travail de Marine. J’ai fini par me concentrer sur mes devoirs de militaire et me suis émotionnellement déconnecté de ma femme et de mes enfants.

En 2006, j’avais développé une telle indifférence pour les sentiments qu’il était plus simple pour moi de partir en mission que d’avoir des liens avec ma famille. Ce n’est pas avant 2014, lorsque j’ai été démobilisé pour raisons médicales, que j’ai compris à quel point j’étais devenu insensible, que mes relations avec mon entourage étaient minimes, et que je devais impérativement accepter la gravité de mon stress post-traumatique.

J’ai toujours des difficultés à créer et à maintenir des relations interpersonnelles. Je deviens nerveux dans les foules et je m’énerve facilement. Je me sens plus à l’aise lorsque je m’isole chez moi – sans sortir.

Juan_Gonzales_Marcus

Quand avez-vous entendu parler du Projet WAVE pour la première fois?

Mon fils, Marcus et moi-même passions nos premières vacances d’été ensemble depuis environ 12 ans lorsqu’un ami m’a appelé pour me parler du Projet WAVES, qui présentait la plongée sous-marine aux vétérans handicapés. J’ai dit « Formidable, c’est une activité que je découvrirai quand j’aurai le temps ». Cependant, mon ami insista sur le fait que je pouvais emmener Marcus avec moi. Nous pourrions apprendre à plonger ensemble – gratuitement!

Juan Gonzales and son Marcus

De quelle manière la plongée vous aide-t-elle à gérer votre stress post-traumatique?

Je ne peux pas expliquer exactement comment, mais la plongée est l’une des meilleures méthodes pour diminuer mes symptômes de stress post-traumatique. Lorsque je plonge, je me sens détendu et à l’aise avec ce qui se passe autour de moi et dans ma vie en général – comme s’il n’y avait aucune préoccupation qui nécessite mon attention à ce moment là. J’ai l’impression que mes mécanismes défensifs habituels disparaissent tandis que je me concentre sur la plongée et le plaisir.

Sous de nombreux aspects, la plongée est exactement à l’opposé des missions. Les missions, c’est le bruit infernal des échanges de tirs, des explosions et des appels radios. Comparez cet environnement avec le calme et la sérénité de la plongée. Le son de votre respiration via le détendeur absorbe les bruits autour de vous. Vous n’entendez pas grand chose d’autre, mais ce que vous voyez et ressentez est absolument fantastique.

Juan Gonzales and WAVES Project

Qu’est-ce que l’avenir vous réserve?

Avant toute chose, c’est formidable de savoir que, lorsque les évènements semblent me dépasser, il y a quelque chose sur lequel je puisse me recentrer: aller plonger.

Mon espoir est de voir jusqu’à quelles limites Marcus et moi-même pouvons vivre des aventures en plongée. Nous aimerions terminer instructeurs et commencer un programme semblable à WAVES dans la région de Sacramento, Californie, afin de pouvoir présenter la plongée à un nouveau groupe de vétérans et à leur famille.

Pour les vétérans souffrant de stress post-traumatique et d’autres invalidités, il est important de savoir qu’il y a un avenir… un lendemain…un chapitre suivant. Et le Projet WAVES peut les aider à y parvenir.

Pour en apprendre davantage sur Juan Gonzales et lire d’autres anecdotes My PADI qui vous inspirent, allez sur http://mypadi.padi.com.

Juan Gonzales scuba diving