PADI AmbassaDiver: Birgitta Mueck

Publié par

Birgitta Wildlife Header

Nous nous sommes entretenus avec Birgitta Mueck, PADI AmbassaDiver, qui nous a parlé de sa passion pour la préservation de la vie sauvage et de son travail avec Crystal Water Film Production…

Qu’est-ce qui vous a influencé à vous lancer dans la photographie & la vidéographie sous-marine?

Tout a commencé avec ma précoce passion pour l’océan avec ses nombreux et charmants habitants. Lorsque j’étais enfant, je voulais passer autant de temps que possible près et dans l’eau. Quand mon père (le fondateur de Crystal Water Film Production) a commencé à plonger et à filmer ses aventures, j’étais la petite fille du bateau regardant par dessus bord les bulles qui remontaient en imaginant ce que cela pouvait être sous la surface. Voilà ce qui m’a inspirée et rendue curieuse. Je savais qu’un jour, c’est moi qui ferait ces bulles.

Comme j’ai toujours aimé la sensation de liberté que procure le snorkeling, pendant longtemps j’étais heureuse de découvrir la vie sous-marine avec seulement un masque, des palmes et un tuba. En 2004, j’ai commencé à prendre un appareil de prise de vue sous l’eau, en snorkeling. C’est alors que, dans les eaux bleues pélagiques des Açores, je suis tombée sur un groupe de cachalots en train de socialiser. J’en ai fait mes premiers modèles sous-marins! Au moment précis où j’ai immortalisé cette fantastique rencontre, et vécu les sensations ressenties au contact de ces géants amicaux, j’ai su que j’étais devenue une irréductible passionnée! Grâce à l’appareil photo, j’avais le sentiment que je pouvais plus facilement partager mes expériences, mon intérêt et ma forte sensibilité à l’égard de l’océan. Une bonne année plus tard, j’ai obtenu ma première certification PADI, qui m’a ouvert la porte pour découvrir et documenter la vie fantastique qui se cache dans les eaux plus profondes.

Grâce à votre travail avec Crystal Water Film Production, pensez-vous que vous avez eu un impact sur la manière dont les autres perçoivent l’environnement aquatique et la préservation?

Oui, nous avons reçu de nombreux e-mails venant de personnes qui exprimaient leur vive appréciation du travail que nous effectuions et nous expliquaient combien nos films et nos documentaires avaient eu un effet révélateur sur eux. J’ai le sentiment que notre travail a un impact sur la manière dont les autres perçoivent l’environnement aquatique et la préservation.

Birgitta Orca in Sight

Photo Christian Tousignant

Quelles sont les préoccupations concernant l’environnement et la vie sauvage qui, selon vous, sont particulièrement importantes à l’heure actuelle?

J’aimerais insister sur la création de Zones marines protégées, ainsi que sur l’importance à développer davantage de zones « totalement interdites à la pêche » et d’élargir leur superficie. Une zone « totalement interdite à la pêche » est un espace marin protégé où toute la pression inhérente à la pêche est complètement éliminée, créant ainsi des sanctuaires où les poissons peuvent se reproduire, frayer et grandir jusqu’à atteindre leur taille adulte. Actuellement, seule une petite partie des océans du monde est protégée et la vaste majorité des réserves marines existantes ont besoin d’une bien meilleure gestion pour contrôler la pêche illégale dans leur périmètre. Pendant notre récente expédition cinématographique pour enregistrer le documentaire « Life Against All Odds », nous avons navigué à la voile et plongé en Méditerranée, dans l’océan Atlantique ainsi que dans les eaux scandinaves, pour documenter la différence qui existe entre les zones marines protégées et les non protégées. Nous avons constaté que cette différence était vraiment impressionnante, surtout dans les zones « totalement interdites à la pêche » bien gérées.

Quelle a été votre plus mémorable expérience en plongée?

C’est une question à laquelle il est très difficile de répondre tant j’ai vécu d’expériences fantastiques au cours de plongées différentes! L’une d’elles fut la recherche de requins dans les eaux nordiques. Nous avons consacré deux ans à cette expédition, qui consistait à naviguer à la voile et à plonger; pour essayer de trouver et de filmer des requins d’eau froide dans les eaux de Scandinavie, d’Écosse et d’Irlande. Nous avons vu différentes espèces, depuis les plus petits sagres jusqu’aux immenses requins pélerins. Pendant ces deux années entières, nous avons cherché l’aiguillat, un requin qui se trouve normalement dans les eaux scandinaves. L’aiguillat fut autrefois l’un des requins les plus abondants, mais en raison d’un excès de pêche au cours des deux dernières décennies, ses populations ont décliné d’au moins 95% dans les eaux européennes. Comme cette espèce de requin est un poisson à maturité tardive; les femelles ne mettent bas qu’à 18-21 ans et donnent naissance à un tout petit nombre de bébés requins vivants (2-11) après une période de gestation de deux ans, il est donc très difficile que cette espèce puisse être repeuplée. Après deux ans de recherches, alors que nous avions presque atteint la date butoir pour terminer le film, nous avons effectué une dernière plongée en Norvège, sur un tombant atteignant une profondeur de 300 mètres. C’est là que nous avons enfin rencontré l’aiguillat! Cependant, nous ne nous attendions pas à un tel spectacle – les requins étaient attirés par les lampes de notre caméra et soudain, il y eut des centaines d’aiguillats autour de nous – ils étaient partout, à la fois au-dessus et en dessous! Imaginez le spectacle de centaines de requins-marteaux mais avec des aiguillats! Après tant d’efforts, de jours à chercher cette espèce de requins, cette expérience fut vraiment incroyable.

We must work towards Wildlife Conservation in the Ocean

Photo Armin Mueck

Pensez-vous qu’un plongeur a la responsabilité d’encourager la préservation de la vie sauvage qui réside dans nos océans?

Oui, en tant que plongeurs, nous avons la chance de pouvoir ressentir la joie et contempler la beauté du monde subaquatique. Les connaissances et le plaisir que nous procure la plongée s’accompagnent de la responsabilité à protéger et à encourager la préservation des océans. Nos fantastiques expériences de plongée, ainsi que notre forte passion pour l’espace marin et sa vie sauvage, font des plongeurs une source d’informations influente et véridique. Pour partager activement nos connaissances et notre passion avec les autres, un bon départ est d’encourager et de communiquer l’importance de la préservation océanique.

Avez-vous des conseils pour inspirer les plongeurs/photographes sous-marins?

La première chose, avant même d’emmener une caméra sous l’eau, c’est d’être à l’aise avec ses techniques de plongée, surtout sa maîtrise de la flottabilité. Il est très utile de passer du temps à vous familiariser avec votre matériel vidéo dans un environnement contrôlé à l’air libre afin de ne pas avoir de difficultés à chercher les réglages sous l’eau, ce qui peut vous faire rater de bonnes prises de vue. Essayez d’acquérir des connaissances sur ce que vous êtes en train de photographier et d’étudier le comportement des animaux. N’oubliez jamais que le bien-être de la vie marine est prioritaire. Aucune photo ne vaut la peine d’être prise si elle a un impact négatif sur la vie sauvage.

Que signifie Mon PADI pour vous?

Pour moi, Mon PADI signifie inspirer les autres, augmenter la prise de conscience et partager ma passion pour l’océan.

 

Pour en apprendre davantage sur la manière dont vous pouvez aider l’environnement en plongée, lisez notre article intitulé: Le pouvoir des plongeurs pour guérir la planète.

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur la vidéographie sous-marine, essayez notre Spécialité Underwater Videographer.